Anjou-Lviv appelle à la solidarité pour l'Ukraine

Pour venir en aide au peuple ukrainien, l’association Anjou-Lviv compte sur la solidarité de tous. Dons matériels ou financiers, bénévolat, accueil des réfugiés… Comment aider ?

Créée il y a une vingtaine d’années par Alain Plessis, Anjou Lviv relaie en Maine-et-Loire le travail de l’association nationale Les Joyeux Petits Souliers. Par son action, elle soutient l’école de danse à vocation sociale de cette grande ville de l’ouest de l’Ukraine, organise des tournées en France du groupe de jeunes danseurs et du corps de chanteurs Orpheus et apporte un soutien financier à l’hôpital pédiatrique et à quatre orphelinats de Lviv.

« Dès le début du conflit, nous avons été très sollicités. Dimanche, on comptait plus de 400 messages non lus dans notre boîte mail. C’est beaucoup pour notre petite association. Nous avons rapidement contacté la municipalité pour nous aider à coordonner la collecte des denrées, le transport et l’accueil des réfugiés. » indique le bellopratain Jean-Pierre Rolandeau, président de l’association. Franck Aubin, maire de Beaupréau-en-Mauges ajoute : « Nous sommes là pour faciliter les choses, l’association sait mieux que nous ce qu’il faut faire pour aider ».

En effet, les membres de l’association échangent régulièrement avec les fondateurs de l’école de danse Mariya et Volodiya Chmyr qui ont choisi de rester en Ukraine. Ensemble, ils organisent concrètement la solidarité autour des élèves de l’école. Un premier bus est parti hier matin, mardi 1er mars, de Lviv à destination de Lyon. A son bord 57 femmes et enfants, attendus par des familles d’accueil. Il fera ensuite le chemin inverse, chargé de denrées. Un deuxième bus sera affrété en fin de semaine, à destination de l’Anjou et de la Vendée.

« Nous sommes aujourd’hui en train de mobiliser notre réseau de bénévoles afin d’identifier les familles qui pourraient accueillir les réfugiés. Notre objectif est de ne pas isoler les familles qui vont arriver. » explique les membres d’Anjou-Lviv. L’association étend son appel à la solidarité au-delà de son cercle d’adhérents et recherche des personnes qui parlent ukrainien ou qui pourraient fournir des solutions d’hébergement. L’objectif est aussi de collecter des dons alimentaires, en lien avec la Halte du Cœur, et matériels afin de remplir le second bus pour son retour en Ukraine. Aline Bray, vice-présidente aux solidarités à Mauges Communauté a également acté le soutien de la communauté d’agglomération, qui financera le transport des dons.

Cet appel à la solidarité est un premier pas pour proposer de l’aide à l’échelle locale, en attendant que s’organise plus largement l’accueil des réfugiés ukrainiens.

Concrètement, comment aider ?

Le cinéma Jeanne d'Arc, en partenariat avec l'association Anjou Lviv, organise également en soutien, un ciné-débat le vendredi 18 mars à 20h (4€ - possibilité de déposer des dons par chèque à l'ordre de l'association Anjou Lviv). Le film Olga d'Elie Grappe sera projeté : "2013. Une gymnaste de 15 ans est tiraillée entre la Suisse, où elle s’entraîne pour le Championnat Européen en vue des JO et l’Ukraine où sa mère, journaliste, couvre les événements d’Euromaïdan."

 R. Rabin 54

Les jeunes danseurs ukrainiens des Joyeux petits souliers s'étaient produits à La Loge, en décembre 2019, lors de leur dernière tournée. 

 

Imprimer